La bourse est avant tout un lieu d’échange entre des acheteurs et des vendeurs. Ces derniers s’échangent principalement des valeurs mobilières (dont nous allons parler juste en dessous).

En règles générales, la bourse est représentée par une société privée, dont l’objectif est de faire fonctionner tout le système. C’est à dire de créer un environnement permettant l’échange des valeurs mobilières. En vérité, il existe même plusieurs bourses …

Par exemple, le marché européen est regroupé sous la bourse d’Euronext. Ce même marché est segmenté en plusieurs compartiments en fonction de la taille des entreprises qui y sont cotées.

Et oui, la bourse est principalement une histoire d’entreprises. Focalisons-nous à présent sur la notion de valeurs mobilières. Il s’agit de titres financiers dont les deux principaux représentants sont :

1 – Les actions
2 – Les obligations

Les actions

Les actions sont des parts d’entreprises. Concrètement, une entreprise cotée en bourse est divisée en un très grand nombre de petits morceaux qu’il est possible d’échanger sur le marché. Chaque action est un titre de propriété de l’entreprise. En d’autres termes, si l’on possède toutes les actions d’une entreprise, on en est le seul propriétaire.

Quand vous achetez une action, c’est comme si l’on vous donnait un bout de papier attestant que vous êtes en partie propriétaire de l’entreprise. D’ailleurs, avant que la bourse ne soit informatisée, les actionnaires (détenteurs d’actions) recevait effectivement une preuve papier de leurs actions.

Une fois en possession d’une action, vous allez vous rendre compte que le prix de cette dernière va fluctuer sur le marché. Une action que vous avez acheté hier pour 10€ peut très bien valoir aujourd’hui 12€.

Mais pourquoi cette fluctuation ?

Le prix des actions, et plus généralement de tous les actifs financiers, évolue en fonction de l’offre et de la demande. Si il y a plus d’acheteurs le prix monte et si il y a plus de vendeurs le prix descend. Nous étudierons ce phénomène en détail dans le chapitre 2.

Revenons à nos actions. Un autre aspect très important à comprendre est la notion de dividende. Chaque année, les entreprises réalisant un bénéfice vont distribuer une somme d’argent à tous les actionnaires.

Par exemple, si une entreprise réalise un bénéfice de 100 000€ et qu’elle est composée de 10 000 actions. Chaque action va recevoir 10€ de dividende (100 000/10 000). Donc si vous possédez 5 actions de cette société vous recevrez 50€.

Comprenez bien que le dividende est différent chaque année. Il est même parfois possible que la société ne verse pas de dividende (par choix ou par décision des actionnaires). Par exemple Apple n’a pas versé de dividendes pendant des années …

Il est donc nécessaire de choisir ses actions avec prudence. Nous y reviendrons.

Les obligations

Les obligations sont également des titres financiers émis par les entreprises. Cependant, ils ne donnent pas droit à un titre de propriété sur la société. Quand vous achetez une obligation, vous devenez en quelque sorte le créancier de l’entreprise.

Par exemple, si une entreprise souhaite emprunter 50 000€ pour développer un projet, elle peut choisir d’émettre 10 000 obligations à échéance de 5 ans. Concrètement, si vous achetez une obligation de cette société, cette dernière s’engage à vous rembourser 50€ dans 5 ans.

Pas très rentable n’est-ce pas ? Quel est l’intérêt de payer 50€ aujourd’hui pour recevoir 50€ dans 5 ans ? C’est parce que je ne vous ai pas tout dit …

Comme les actions, l’obligation possède un revenu passif chaque année. Reprenons notre exemple précédent en imaginant que la société émette ses obligations à un taux de 5 % par an. Dans ce cas, en plus des 50€ que vous allez récupérer à la fin, vous allez recevoir chaque année 2,5€, correspondant à 5 % de vos 50€. Ce qui nous donne au final 50 + 12,5 = 62,5€.

Bien entendu, le prix des obligations est également soumis aux fluctuations du marché. Je vous rappelle également que vous pouvez vendre et acheter ces valeurs mobilières à tout instant sur le marché. Vous n’êtes pas obligé d’attendre les 5 ans de l’obligation par exemple.

Il existe bien d’autres formes d’actifs sur lesquels vous pouvez spéculer.

– Les CFD (contracts for differences) sont des produits vous permettant de parier sur la baisse ou sur la hausse de tout autre actif (comme les actions). Vous pouvez donc miser sur l’augmentation de la valeur d’une action sans même posséder l’action !

– Le Forex est un marché un peu à part. Il regroupe les échanges effectués sur les paires de devises. Vous pouvez y échanger de l’euro contre du dollars ou même du franc suisse contre du yen. L’objectif est de gagner de l’argent en profitant des taux de change. Il s’agit de stratégies hautement spéculatives.

– Le warrant est un actif vous donnant le droit d’acheter un actif ou de le vendre à un prix et à une date connue à l’avance. Il s’agit également un outil de spéculation.

Et j’en passe …

Comme vous pouvez le constater, la bourse est un univers passionnant. Il s’agit d’un mélange entre de l’extraordinaire, de l’irrationnelle et du réel et concret.

En effet, des fortunes faisant rêver sont tous les jours gagnées en bourse. À coté de cela, le marché à un rôle purement fonctionnel pour les entreprises.

La bourse permet aux sociétés, par le biais des actions et obligations notamment, de lever beaucoup d’argent en une seule fois. Il s’agit d’un moyen efficace pour obtenir une croissance rapide et augmenter la taille de la société.

La bourse fait donc entièrement partie de l’économie.