Voici la grande question … Générer de l'argent grâce à la bourse peut vous paraître facile. Cependant vous allez vite vous rendre compte que la réalité est toute autre.

Alors est-il vraiment possible d'être rentable et de générer des gains sur la durée ?

La réponse est oui. Mais à condition d'être impliqué et de ne jamais abandonner.

Étonnamment, plus vous visez des gains sur le long terme et plus ce sera facile. Inversement, si vous souhaitez pratiquer le day trading ou le scalping, en prenant des positions très courtes (de quelques minutes à quelques heures), vos chances de succès sont réduites.

Voyons à présent trois points positifs qui vont vous motiver à investir.

1 - Tendance haussière chez les actions

Vous avez sous les yeux le graphique du NASDAQ (le marché des entreprises technologiques américaines) des années 80 à nos jours.

Une chose devrait vous frapper.

Peu importe l'endroit où vous auriez acheté le NASDAQ depuis sa création, vous seriez toujours en bénéfice aujourd'hui.

En effet, même si vous aviez acheté sur la pointe haussière précédent l'explosion de la bulle internet des années 2000, vous seriez encore positif sur votre position. La seule condition est que vous ayez conservé votre position pendant près de 20 ans …

La première leçon à tirer de l'investissement long terme est donc la suivante :

Sur une échelle de temps élevée, le marché des actions à tendance à monter. L'une des meilleures stratégies que vous pourriez avoir serait donc d'acheter vos actions et de les garder au maximum.

Cette stratégie vous rapporterait même plus que les certains placements proposés par les banques.

J'ai commencé par le graphique du NASDAQ car c'est avec ce même graphique que j'ai pour la première fois compris qu'il était réellement possible de gagner de l'argent en bourse.

Et pourtant ce que je viens de vous expliquer s'applique à la plupart des autres marchés dans le monde.

Voici le même phénomène sur le DJI qui est l'indice phare du marché américain :

On retrouve aussi cela sur le DAX qui est l'indice allemand :

En revanche sur notre CAC 40 bien français la situation est légèrement différente :

Le marché n'a pas encore atteint les sommets historiques réalisés avant les deux crises de 2000 et 2007.

Malgré tout, ces graphiques devraient vous encourager. Un placement sur le très long terme à de très bonnes chances d'aboutir à des gains. Imaginez simplement que vous ayez acheté le DJI, le NASDAQ, le DAX ou le CAC dans les années 80. Quel serait le résultat aujourd'hui ?

2 - La puissance des intérêts composés

Le second signe encourageant que je peux vous partager réside dans la technique des intérêts composés. Je vous laisse découvrir le tableau suivant :

Il représente la progression d'un capital de 5 000€ que vous auriez placé pendant 30 ans sur le marché. Trois hypothèses sont présentées : vous réalisez 1 %, 5 % ou 10 % de gains par an (à noter qu'il s'agirait ici d'un résultat net d'impôts).

De plus, chaque année, tous les gains réalisés sont ajoutés au capital de départ. Ainsi, les dividendes générés sont de plus en plus importants et le capital grossit également.

Certes, on constate que 1 % par an donne un résultat faible (à peine 34 % de gain). Mais quand vous passez à 5 ou 10 % …

À 5 % par an vous multipliez par 4 ce que vous aviez mis au départ (+320 %!!)

À 10 % vous explosez tous les records : 17 fois ce que vous aviez placé 30 ans plus tôt ! Soit une progression de 1 640 % !!

Attention tout de même. Il s'agit de chiffres théoriques et il est impossible dans la réalité de reproduire un rendement aussi régulier chaque année. À vrai dire, 5 % par an est atteignable alors que 10 % serait vraiment un très bon score.

Petite précision :

Je vous parle ici d'investissement long terme et non de spéculation. Les spéculateurs qui pratiquent la bourse au quotidien peuvent générer 20 % de rentabilité par mois avec de l'expérience.

La stratégie du long terme ne nécessite aucun travail quotidien. Vous placez simplement votre argent et vous faites le point tout les mois maximum. Les horizons de temps ne sont pas comparables et les gains espérés non plus.

Pour la suite du chapitre, imaginons que nous soyons capable de générer 5 % par an (ce qui est la fourchette basse de l'investisseur moyen). Que ce passerait-il si l'on décidait d'épargner et d'injecter chaque mois de l'argent à notre capital ?

Nous transformerions notre gain sympathique en une somme gigantesque ! Cela nous amène au troisième point que je veux aborder avec vous.

3 - Epargner pour investir, la stratégie magique

Je vous laisse face à un nouveau tableau. Nous plaçons à nouveau 5 000€ et avons un rendement de 5 % par an (comme décidé précédemment). Chaque mois, nous plaçons une certaine somme d'argent pour renforcer notre capital.

Si vous placez 100€ par mois (soit 1 200€ par an) vous transformez vos 5 000€ en 105 000€. Si l'on cumule votre versement initial et votre épargne nous obtenons 41 000€ (5 000 + 1 200*30). La progression est donc de 156 %.

C'est inférieur à nos 320 % de tout à l'heure mais vous avez nettement plus d'argent.

Si vous placez 200€ par mois (soit 2 400€ par) vous obtenez 189 000€. Ce qui représente une progression de 145 %.

Enfin si vous placez 300€ par mois (soit 3 600€ par an) vous obtenez 272 000€. Et donc une progression de 229 %.

Peu importe si ces chiffes vous parle ou non. Ce qu'il est important de retenir est que épargner pour investir est une stratégie gagnante. La première étape pour tout aspirant investisseur est d'être prêt à placer une certaine somme chaque mois.

C'est comme cela que vous allez construire un gros capital. Il ne suffit pas de mettre beaucoup d'argent d'un seul coup. C'est la régularité qui va provoquer des gains sur le long terme.

J'espère vous avoir convaincu que l'investissement en bourse vaut le coup. Vous avez gros à gagner si vous placez correctement votre argent.

N'importe quel débutant avait la capacité de placer son argent sur le NASDAQ ou tout autre marché en 1980. Ce débutant serait aujourd'hui riche. Surtout s'il a pris le soin d'investir au fil des années de manière régulière.